« A bientôt Nio Far ! »

Nio qui quitte sans Far, Awa qui part sans Penda… pas habituel… ce n’est jamais le cœur léger que je quitte Cap et là c’est bien différent encore. Ce C19 me laisse un goût amer. Donc je quitte le Sénégal pour retrouver mes proches et en premier lieu mon amour de Léna. Voilà, que dire ? Aéroport de Dakar à l’arrêt, des équipes françaises qui nous sourient, à 650 000 Fcfa le trajet ils peuvent effectivement me faire une risette. Donc que dire ? Partir comme ça, en laissant la team Nio Far me fend le cœur, partir sans savoir quand pouvoir revenir me rend triste, partir avec tous ces toubabs qui se collent les uns aux autres dans une file pour un avion affrété que pour eux dans un aéroport désert ( chance de rater l’avion : quasi nulle) me désole…
Hâte de revenir pour terminer Nio Far, pressée que cette pandémie s’arrête pour remettre la tête dans le guidon et chercher des fonds, déçue de n’être là pour le coulage de la dalle et vraiment soucieuse de savoir comment je vais terminer ce texte que je trouve bien morose… Ah bah si y’a mon frérot d’amour Papis qui me téléphone. Allez j’vous laisse, j’dois répondre. Bisous legui legui hein. Ah oui et aussi la team Nio Far, bah j’vous aime fort
Sab, Awa.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *